4 drapeaux rouges pour l’avenir d’Upstart Holdings

Avoirs parvenus(UPST 9,62 %) le cours de l’action a chuté de 12% le 9 août après que la société de prêt en ligne a publié son rapport sur les résultats du deuxième trimestre. Les revenus ont augmenté de 18 % d’une année sur l’autre pour atteindre 228 millions de dollars, mais ont dépassé les estimations des analystes de 7 millions de dollars. Son bénéfice net ajusté a plongé de 98 % à 1 million de dollars, à 0,01 $ par action, ce qui a également manqué la prévision consensuelle de 0,07 $.

Son BAIIA ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) a diminué de 91 % pour s’établir à 5,5 millions de dollars. Selon les PCGR (principes comptables généralement reconnus), il a enregistré une perte nette de 29,9 millions de dollars, contre un bénéfice net de 37,3 millions de dollars un an plus tôt.

Ces chiffres étaient décevants, mais ils avaient déjà été en partie télégraphiés dans son rapport préliminaire sur les résultats du 7 juillet. Et une plongée plus profonde révèle quatre signaux d’alarme supplémentaires.

Un marchand en ligne vérifie un smartphone.

Source de l’image : Getty Images.

1. La direction Upstart a de sombres perspectives pour le troisième trimestre

Pour le troisième trimestre, Upstart s’attend à ce que son chiffre d’affaires baisse de 25 % d’une année sur l’autre à 170 millions de dollars, alors que les analystes s’attendaient à une croissance de 8 %. Il s’attend également à afficher une perte nette ajustée d’environ 9 millions de dollars et à ce que son BAIIA ajusté atteigne le seuil de rentabilité.

Encore une fois, Upstart a principalement blâmé la hausse des taux d’intérêt, qui a amené les gens à contracter moins de prêts via sa plateforme tout en incitant ses partenaires prêteurs (banques, coopératives de crédit et concessionnaires automobiles) à adopter une approche plus prudente pour financer ces prêts.

Lire Plus  Pourquoi Overstock.com, Williams Sonoma et Warby Parker se sont ralliés mardi

2. Upstart remet en question son propre modèle économique

Upstart a d’abord attiré beaucoup d’attention pour deux raisons. Tout d’abord, il analyse les données non traditionnelles – y compris les antécédents scolaires, le domaine d’étude, les résultats aux tests standardisés et les antécédents professionnels d’un client – avec une plate-forme d’intelligence artificielle (IA) basée sur le cloud pour approuver les prêts.

Deuxièmement, Upstart propose une large gamme de prêts sur son site Web, mais ne les finance généralement pas à partir de son propre bilan. Au lieu de cela, il agit comme intermédiaire pour ses partenaires prêteurs, qui financent ensuite les prêts réels et paient les frais Upstart pour accéder à sa plateforme.

Ce modèle commercial expose Upstart à moins de risque de crédit, mais il crée également un goulot d’étranglement en le rendant dépendant de ses partenaires prêteurs pour de nouveaux prêts. Pour surmonter ce goulot d’étranglement, le PDG Dave Girouard a brusquement annoncé lors de la conférence téléphonique du deuxième trimestre que la société commencerait à « exploiter son propre bilan comme un pont transitoire vers ce financement engagé ».

C’est une décision risquée, car Upstart a déjà terminé le deuxième trimestre avec un ratio d’endettement élevé de 1,5. Il détenait toujours 790 millions de dollars en liquidités sans restriction, mais cette liquidité pourrait rapidement se tarir à mesure que la croissance des revenus ralentit et que ses pertes augmentent.

Girouard a déclaré que même s’il « n’a pas de sens pour Upstart de devenir une banque », elle devait « mettre à niveau et améliorer le côté financement » de son marché à mesure que les taux d’intérêt augmentent. En d’autres termes, la direction commence à s’interroger sur la résilience de son propre modèle économique.

Lire Plus  Cette action de croissance pourrait commencer à générer des milliards de revenus

3. Upstart constate une baisse des prêts et des taux de conversion

Le nombre de prêts aux partenaires bancaires d’Upstart a augmenté de 12 % d’une année sur l’autre pour atteindre 321 138 au deuxième trimestre, mais a tout de même chuté de 31 % en séquentiel par rapport au premier trimestre. Son taux de conversion, ou le pourcentage de ses demandes totales qui sont converties en prêts réels, n’était que de 13 % contre 24 % un an plus tôt et 21 % au premier trimestre 2022.

Ces taux d’engagement en baisse expliquent pourquoi Upstart cherche si désespérément à financer ses propres prêts. Ils suggèrent également que son plus petit concurrent, Pagaya Technologies (PGY 2,83 %) – qui fournit des services d’IA en marque blanche comparables aux institutions financières au lieu d’agir comme une plate-forme intermédiaire pour les prêts – pourrait adopter une approche à long terme plus intelligente.

4. La direction a initié des rachats inutiles

Alors qu’Upstart fait face à un ralentissement exténuant, subit des pertes plus importantes et prend plus de risques de crédit, il rachète également plus d’actions. En février, il a annoncé un plan de rachat de 400 millions de dollars. Elle n’a racheté aucune action au premier trimestre, mais elle en a racheté pour 150 millions de dollars au deuxième trimestre.

Ces rachats sont sans doute un gaspillage, car tout cet argent aurait pu être utilisé pour financer ses nouveaux prêts, réduire sa dette ou simplement étendre sa plateforme. Upstart a racheté 4,4 millions d’actions (à un prix moyen d’environ 34 $), mais son nombre moyen pondéré d’actions diluées en circulation n’a diminué que de 1 % en séquentiel et a en fait augmenté de 1 % d’une année sur l’autre pour atteindre 94,5 millions.

Lire Plus  Pourquoi les actions de Turtle Beach se sont écrasées mardi

Par conséquent, Upstart utilise probablement ces rachats pour compenser la dilution de ses dépenses de rémunération à base d’actions, qui ont bondi de 86 % d’une année sur l’autre pour atteindre 55,4 millions de dollars au premier semestre 2022, au lieu de restituer cet argent aux investisseurs en réduisant son flottant.

Upstart mérite de rester dans la surface de réparation

Les actions d’Upstart peuvent sembler raisonnablement évaluées à trois fois les ventes de cette année, mais ce ratio prix / ventes est toujours lié aux attentes des analystes pour une croissance des revenus de 12% cette année. Ces estimations pourraient être réduites après le rapport décevant d’Upstart au deuxième trimestre. Pour l’instant, elle mérite de rester au banc des pénalités jusqu’à ce qu’elle stabilise son cœur de métier.