Byld Ventures, un fonds de 15 millions de dollars, soutient les fintechs en Afrique • Metaverse Marketing

Deux ans avant Youcef Oudjidane a cofondé la fintech soudanaise Bloom après avoir échoué à trouver des startups s’attaquant à la dépréciation monétaire en Afrique dans lesquelles investir, il a été associé directeur et responsable de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) chez Class 5 Global, un fonds de capital-risque basé à San Francisco avec un vif intérêt pour les marchés émergents.

Mais la classe 5 n’était pas sa première chance d’investir. Chez Solebury Capital, une banque d’investissement boutique acquise plus tard par PNC Financial Services, l’entrepreneur né au Royaume-Uni, d’origine algérienne, était associé principal et a travaillé sur plusieurs introductions en bourse technologiques, dont Snapchat. Et en 2017, il a rejoint en tant que responsable de la stratégie et des investissements à la Dubai Future Foundation, une petite équipe qui a lancé le premier fonds de capital-risque du gouvernement de Dubaï.

À la classe 5, Oudjidane a dirigé des investissements dans des startups africaines telles que Telda, Dash, Moove et Chari. L’investisseur s’est également associé à plusieurs joueurs professionnels de football (soccer) comme Mesut Ozil, qui était un partenaire de capital-risque. Sa relation avec des joueurs de football – Oudjidane a pratiqué le sport au niveau universitaire et a remporté des bourses – et d’autres athlètes s’est avérée précieuse pour sa prochaine aventure : Byld Ventures, un fonds de 15 millions de dollars lancé en mai et axé sur les startups en démarrage en Afrique. Plus d’une douzaine d’athlètes ont soutenu le fonds, ainsi que le gouvernement de Dubaï et plusieurs LP institutionnels anonymes.

« Au cours des 12 derniers mois, des fondateurs en Afrique m’ont contacté pour obtenir des conseils et j’ai investi personnellement », a déclaré l’associé fondateur dans une interview. « Alors, j’ai décidé de l’institutionnaliser et de constituer un fonds. »

Lire Plus  Test du Samsung Galaxy Buds 2 Pro – Metaverse Marketing

Byld Ventures a atteint sa première clôture presque en juin et une deuxième clôture à 10 millions de dollars le mois dernier. Il s’attend à atteindre sa finale à la fin de l’année, a déclaré Oudjidane. Le fonds de démarrage – qui a réalisé quatre investissements : Ceviant, Apata, Thepeer et Anchor – se compose de quatre partenaires de capital-risque, principalement des fondateurs soutenus par Oudjidane : Ahmed Sabbah (PDG de Telda), Prince Boampong (PDG de Dash), Skehinah Adewumi ( PDG d’Apata) et Kieran Gibbs, footballeur professionnel.

Oudjidane pense que l’Afrique est à l’intersection des opportunités, c’est-à-dire le prochain milliard de personnes à se connecter – et à en juger par son portefeuille actuel de startups en phase de pré-amorçage, la fintech est ce qui intrigue son fonds.

« Nous investissons tôt, parfois en pré-pitch deck ; on fait la blague qu’idéalement, une fois qu’on a remis sa démission », précise l’associé fondateur. « Nous nous efforçons d’être à la tête de la fondation de la création d’entreprise ; nous voulons être là le premier jour. La Fintech est notre pain et notre beurre. C’est juste ce que nous savons et ce que nous aimons.

Entreprises Byld

De gauche à droite : Youcef Oudjidane (associé fondateur, Byld Ventures), Kehinde Dabiri (PDG, Ceviant), Kieran Gibbs (partenaire de risque, Byld Ventures), Idris Saliu (co-fondateur, Ceviant), Andy Yiadom (LP, Byld Ventures) et Khalid Al Saud (Associé, Byld Ventures).

Le portefeuille de Byld Ventures suggère également que le fonds préfère soutenir les startups construisant des API et des jeux d’infrastructure dans le segment des technologies financières. RaliCap, un fonds des marchés émergents, gère une configuration de portefeuille identique. Investir dans des startups construisant des infrastructures financières est l’un des principaux thèmes de Byld Ventures, en plus de ceux qui inversent la fuite des cerveaux en Afrique et des fondateurs répétés. Pour ce dernier, trois des investissements de l’entreprise sont allés à des fondateurs qui ont connu des sorties réussies : Touchtech Payments de Skehinah Adewumi, VANSO d’Idris Saliu et Amplify de Segun Adeyemi ont été acquis respectivement par Stripe, Interswitch et Carbon.

Lire Plus  SAIC Mobility Robotaxi évalué à 1 milliard de dollars après 148 millions de dollars de série B – Metaverse Marketing

«Je doute que de nombreux investisseurs aient notre connaissance de la fintech en Afrique, a répondu le partenaire fondateur sur la raison pour laquelle les fondateurs de la fintech choisiraient Byld Ventures lorsqu’ils sortiraient pour lever des chèques de pré-amorçage. « Nous construisons des liens profonds et personnels avec les fondateurs, peut-être un sous-produit de notre ouverture et de notre vulnérabilité. Par exemple, certains fondateurs hésitent à demander conseil aux investisseurs lorsque la merde proverbiale frappe le ventilateur ; il y a de fortes chances que nous ayons vécu pire. Nous croyons au pouvoir de l’honnêteté intellectuelle et de la pensée indépendante pour aider à prendre les meilleures décisions. »

Et en termes de ce que l’entreprise recherche chez les fondateurs, Oudjidane dit que Byld est particulièrement attentif à ceux qui sont techniques, engagés et frugaux. « Je pense que l’adéquation entre le problème du fondateur et le fondateur est également essentielle, car nous savons à quel point il est difficile de créer une entreprise et qu’il y a beaucoup d’effets secondaires sur le fondateur », ajoute-t-il.

La société de capital-risque de quatre mois n’a pas l’intention d’investir dans plus de 15 à 20 sociétés de portefeuille dans ce premier fonds, a déclaré Oudjidane. Selon lui, Byld n’est pas une « boutique de pulvérisation et de prière » et investira un montant moyen de 500 000 dollars dans les startups tout en réservant environ 50% du fonds pour le suivi.

Byld Ventures a des yeux pour les startups principalement à travers l’Égypte et le Nigeria en raison des expériences des partenaires sur ces marchés ; cependant, il gardera également un œil sur l’Éthiopie et l’Algérie – cette dernière étant un choix biaisé citant les racines d’Oudjidane. Cela dit, sur une note personnelle, Oudjidane est l’une des rares personnes sur le continent à jongler simultanément avec les rôles de fondateur et d’investisseur ; dans son cas, une fintech basée au Soudan et un fonds basé au Royaume-Uni. Il dit que les synergies somatiques entre les deux fonctions lui confèrent ce privilège. « Bloom et Byld sont personnels pour moi. Je crois au potentiel de l’Afrique et je veux dédier ma vie au « bylding ». Il nous incombe [this generation] pour être le fer de lance du changement », a déclaré l’associé fondateur.

Lire Plus  La célèbre famille TikTok de Charli et Dixie D'Amelio étend son empire • Metaverse Marketing