Cartographier les risques de la chaîne d’approvisionnement à l’ère de la mondialisation – Metaverse Marketing

Ce n’est pas seulement un sentiment : le risque sur l’ensemble du spectre géopolitique a été plus élevé que d’habitude ces dernières années. Pour les entreprises ayant des opérations de chaîne d’approvisionnement à travers le monde, ces risques sont difficiles à éviter. Les questions de résilience et d’évitement des sanctions sont au premier plan lorsqu’il s’agit de planifier les mois et les années à venir.

Travailler avec des fournisseurs dans ou à proximité de pays instables crée un risque important pour les entreprises, car la continuité des activités devient de plus en plus incertaine à mesure que le risque augmente. Cela vaut également pour la propre chaîne d’approvisionnement d’un fournisseur (ce que nous appelons les « sous-traitants »). Pour la plupart des entreprises, il est impossible d’identifier tous les sous-traitants et sous-traitants avec lesquels ils sont connectés à travers plusieurs degrés de séparation.

Au lieu de dépenser des quantités excessives de ressources pour rechercher chaque sous-traitant, les entreprises devraient identifier lesquels de leurs fournisseurs peuvent être qualifiés de « critiques » pour la continuité de leurs activités. Ensuite, ils doivent se concentrer sur le suivi et la surveillance des fournisseurs et sous-traitants critiques de ces fournisseurs. Cela fournira un instantané suffisamment précis qui pourra être utilisé pour peser plus précisément le risque géopolitique des fournisseurs critiques.

Là où vont les guerres et les conflits internationaux, des sanctions suivront probablement. Comme l’a prouvé l’évolution rapide de la situation en Ukraine, le paysage des sanctions internationales peut changer pratiquement du jour au lendemain, de nouvelles entreprises et personnes étant régulièrement désignées comme des entités « bloquées ». Une entreprise aux États-Unis qui continue de faire affaire avec une personne figurant sur cette liste s’expose à des amendes importantes ainsi qu’à une atteinte à sa réputation.

Tout comme une guerre à côté peut fermer une entreprise, un environnement économique difficile peut également le faire.

Il est crucial de vérifier qui sont les propriétaires des entreprises dans de telles situations, car les « bénéficiaires effectifs ultimes » qui sont sanctionnés peuvent ne pas être signalés si une entreprise vérifie simplement leurs fournisseurs sous sanction par le nom de l’entreprise. D’après mon expérience, moins de 30 % des entreprises contrôlent les bénéficiaires effectifs par rapport aux listes de sanctions, malgré la diligence raisonnable requise par l’OFAC.

Lire Plus  Helbiz annonce une augmentation des revenus mais une diminution des réserves de trésorerie – Metaverse Marketing

Un manque de transparence dans de nombreuses chaînes d’approvisionnement exacerbe ces risques. Une enquête de Deloitte révèle que moins des trois quarts des responsables des achats déclarent avoir une bonne visibilité sur leurs fournisseurs de niveau critique, et seulement 26 % ont déclaré être en mesure de prévoir les risques parmi ces fournisseurs. Seuls 15 % des répondants ont déclaré avoir une visibilité sur les fournisseurs de deuxième et de troisième niveau.

Les entreprises ont besoin de politiques et de systèmes axés sur la valeur pour les appliquer tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Une rubrique basée sur la mission peut régir les politiques et les règles, en spécifiant les actions à entreprendre lorsque des risques sont détectés. Des systèmes de gestion des fournisseurs permettant d’évaluer les fournisseurs selon cette rubrique et de noter leur niveau de risque devraient être déployés.