Les régulateurs fédéraux et étatiques font pression sur la sécurité du pilote automatique de Tesla – Metaverse Marketing

Tesla est sous le feu des régulateurs fédéraux et étatiques à la fois pour la sécurité et les capacités de son système avancé d’assistance à la conduite Autopilot.

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a demandé jeudi à Tesla de répondre à des questions sur sa caméra de cabine dans le cadre d’une enquête en cours sur 830 000 véhicules Tesla équipés d’un pilote automatique. Selon Tesla, la caméra de la cabine est équipée d’un système de surveillance du conducteur qui peut déterminer si un conducteur ne fait pas attention et lui envoyer des alertes sonores pour lui rappeler de garder les yeux sur la route lorsque le pilote automatique est activé.

Après s’être appuyé auparavant sur un système capable de détecter quand les mains d’un conducteur étaient sur le volant, Tesla a présenté son système de surveillance des conducteurs par caméra en mai de l’année dernière.

L’enquête de la NHTSA a également demandé des informations sur la manière dont Tesla génère ses rapports de sécurité trimestriels, ce qu’un récent rapport du Virginia Transportation Research Council jugé trompeur.

Séparément, fin juillet, le Department of Motor Vehicles de Californie a accusé Tesla de faire de la publicité mensongère son pilote automatique et son système dit de « conduite entièrement autonome » (FSD), un autre système ADAS plus avancé qui coûte aux conducteurs 12 000 $ supplémentaires pour des fonctions de conduite automatisées telles que la fonction de stationnement Summon ou Navigate on Autopilot, qui oriente les voitures à partir d’une bretelle d’accès à l’autoroute à la bretelle de sortie.

Lire Plus  La fintech indienne CRED investira dans son partenaire de prêt LiquiLoans • Metaverse Marketing

Tesla a répondu jeudi en demandant au California DMV une audience pour présenter une défense contre les allégations selon lesquelles il aurait induit en erreur des clients potentiels. Selon le processus du DMV pour traiter les accusations, Tesla est dans son droit de demander une audience pour se défendre. Cela pourrait conduire à une discussion de règlement entre le département et Tesla, après quoi le DMV organisera une audience avec le Bureau des audiences administratives, selon un porte-parole du DMV.

L’augmentation de la chaleur sur Tesla survient alors que la NHTSA enquête sur 16 accidents dans lesquels les propriétaires de Tesla engageaient potentiellement le pilote automatique, puis se sont écrasés dans des véhicules d’urgence à l’arrêt, faisant 15 blessés et un mort.

La lettre de neuf pages de la NHTSA exige que Tesla réponde d’ici le 19 septembre à une variété de demandes – comme le rôle que joue la caméra de cabine de Tesla dans l’application de l’engagement du conducteur et des descriptions détaillées de la façon dont le constructeur automobile a conçu et conçu le système qui applique l’engagement et l’attention du conducteur, « y compris les preuves qui justifient la période de temps pendant laquelle le conducteur est autorisé à ne pas tenir le volant avant de recevoir un avertissement… ».

La NHTSA a également demandé à Tesla d’identifier chaque procès aux États-Unis impliquant Tesla dans lequel une partie alléguait qu’un accident de véhicule à moteur était lié au pilote automatique, et de décrire le processus et la méthodologie pour Rapports de sécurité des véhicules de Tesla.

Lire Plus  Le retour de Garry Tan est un moment de boucle pour Y Combinator – Metaverse Marketing

Tesla a jusqu’au 12 octobre pour envoyer des informations détaillées à partir des journaux CAN ou des clips vidéo/données concernant chaque véhicule incident sur une liste distincte fournie par la NHTSA. Les informations recherchées par la NHTSA incluent la durée d’activation du pilote automatique, la classe de route au moment de l’impact et des données sur le système et le comportement du conducteur juste avant l’impact.

La NHTSA a déclaré à Metaverse Marketing qu’elle ne pouvait pas commenter les enquêtes ouvertes, mais que l’agence « envoyait régulièrement des lettres de demande d’informations dans le cadre de son processus d’enquête ».