Sony Music poursuit Triller pour violation du droit d’auteur après avoir manqué des paiements – Metaverse Marketing

Sony Music a intenté une action en justice contre le concurrent de TikTok, Triller, pour violation du droit d’auteur, Variété rapports. Ce procès est le dernier événement faisant suite à une tendance troublante de paiements manquants présumés pour l’application, qui prévoit de devenir publique même si son Accord SPAC de 5 milliards de dollars tombé à travers.

L’année dernière, la société a annoncé un programme de 14 millions de dollars qui donnerait à 300 créateurs noirs 4 000 dollars par mois en espèces et en capital pour une publication sur Triller. Mais selon le Poste de Washington, de nombreux créateurs n’ont pas reçu ces paiements ou ont reçu des paiements très tardifs et irréguliers. Peu de temps après le rapport, Timbaland et Swizz Beatz ont poursuivi Triller pour 28 millions de dollars, alléguant que Triller avait manqué des paiements liés à l’application. acquisition de Verzuz, la série musicale en direct créée par les deux artistes.

Maintenant, Sony Music dit qu’il a rencontré des problèmes similaires avec la plate-forme de médias sociaux. Selon la société, Triller « a toujours échoué à effectuer des paiements en temps opportun », mais la situation s’est aggravée lorsque Triller a cessé d’effectuer des paiements en mars. Lorsque Sony Music a demandé ce paiement impayé, Triller a offert « un silence radio quasi total en réponse », selon Variety. En réponse, Sony Music a résilié son accord avec Triller plus tôt ce mois-ci, mais la musique protégée par le droit d’auteur est restée sur la plate-forme, ce qui a conduit à une action en contrefaçon du géant de la musique contre l’application.

Lire Plus  Les actions de Jumia augmentent alors que l'activité de commerce électronique de l'entreprise s'accélère au deuxième trimestre – Métaverse Marketing

Triller n’a pas répondu à la demande de commentaires de Metaverse Marketing sur les affirmations de Sony Music.

Triller a également rencontré des problèmes l’année dernière avec Universal Music Group, qui a supprimé sa musique de l’application après avoir allégué que Triller avait retenu les paiements. Mike Lu, PDG de Triller a nié ces allégations à l’époque, décrivant l’incident comme « un mauvais épisode ‘Punk’d' ».

Pas plus tard qu’hier, Triller a annoncé qu’il avait soulevé financement par emprunt et fonds propres « substantiel » pour se préparer à entrer en bourse au début du quatrième trimestre. Triller a refusé de partager le montant levé et les pourcentages de dette et de capitaux propres du cycle de financement.