SpaceX lance la première mission lunaire de la Corée du Sud, un orbiteur nommé Danuri – TechCrunch

La Corée du Sud se dirige vers la lune.

Hier soir, le pays a lancé sa toute première mission lunaire – en fait, sa toute première mission au-delà de l’orbite terrestre basse. Anciennement appelée Korea Pathfinder Lunar Orbiter (KPLO), la mission, gérée par le Korea Aerospace Research Institute (KARI), s’appelle désormais Danuri, un jeu sur les mots coréens pour « lune » et « profiter ». Son objectif principal est de tester la technologie des engins spatiaux lunaires de la Corée du Sud avant de tenter d’atterrir à la surface, provisoirement en 2030 si tout se passe bien.

Danuri a été lancé au sommet d’une fusée SpaceX Falcon 9 depuis la station de la Force spatiale de Cap Canaveral à 19 h 08 HAE le 4 août, le propulseur de la fusée atterrissant avec succès sur le drone « Just Read the Instructions » quelques minutes seulement après le décollage.

Le vaisseau spatial est maintenant sur une route très détournée vers la lune. Il volera d’abord vers le soleil avant de revenir en boucle vers sa destination, arrivant en orbite lunaire à la mi-décembre. Prendre cette route plus longue, connue sous le nom de transfert lunaire balistique, utilise une assistance gravitationnelle par le soleil pour rendre le voyage plus économe en carburant.

Lorsque Danuri arrivera sur la lune, stationnée sur une orbite de 62 milles de haut, elle effectuera des recherches avec ses six instruments scientifiques : un magnétomètre, un spectromètre à rayons gamma, un système de communication expérimental et trois caméras, dont une conçue par la NASA qui est suffisamment sensible pour voir à l’intérieur des cratères ombragés en permanence de la lune, qui pourraient contenir de la glace d’eau.

Lire Plus  Pourquoi Nvidia Stock était en baisse mardi

Si la mission réussit, la Corée du Sud deviendra le huitième corps politique à exécuter une mission lunaire, rejoignant les États-Unis, l’ex-Union soviétique, la Chine, le Japon, l’Inde, le Luxembourg et l’Union européenne. La majorité de ces missions étaient des survols et des orbiteurs, plus une poignée d’atterrissages robotiques et seulement six atterrissages humains.

C’est une année chargée pour la lune. La NASA a récemment lancé sa mission CAPSTONE et sa mission Artemis I devrait être lancée plus tard ce mois-ci. La Russie devrait faire son retour sur la Lune pour la première fois depuis 1976 avec son atterrisseur Luna-25, dont le lancement est prévu à la fin de cette année. Et plusieurs organisations privées sont liées à la lune, notamment les sociétés américaines Astrobotic et Intuitive Machines, qui voleront dans le cadre du programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS) de la NASA, ainsi que la société japonaise ispace, qui transportera un rover construit par les Émirats arabes unis.